Suite à la magnifique manifestation “Economic Ideas” organisée à Nancy par François Pélissier et son équipe de la CCI, les solutions pour la France existent bel et bien. Sans faire un copier coller de M. Schröder, son action chez nos voisins allemands paye aujourd’hui et peut être source d’inspiration.  Qu’a-t-il fait ? il a surtout eu du courage. Le courage d’un leader. Il a perdu les élections mais il a servi l’intérêt commun.

Son crédo : l’assainissement économique seul peut permettre la croissance.

1 – En matière économique son mot d’ordre était simple = assainir, stopper l’hémorragie. A ce sujet la France présente depuis 40 ans de suite un budget déficitaire, quasiment le seul pays au monde dans ce cas. Gerhard Schröder a également réduit les impôts de 53% à 43% pour les entreprises.

2 – Au plan social, il a osé demander un effort aux gens sur les salaires privilégiant le fait d’avoir un emploi au fait d’être assisté socialement en réduisant la durée d’indemnisation au chômage. Il a au passage épuré le système des retraites (âge de départ 67 ans, sic!). Il a mis la priorité sur la chute du chômage (aujourd’hui deux fois moindre en Allemagne) notamment chez les jeunes (écart encore plus grand).

Bref, ne gagnerions-nous pas à retrouver un peu de bon sens paysan : pour relancer l’économie il paraît logique de commencer par moins dépenser, de ne plus se mettre systématiquement dans le rouge, puis ensuite d’investir l’argent ainsi économisé dans des filières d’avenir (haute technologie, I.T., R&D, Formation…) qui rapporteront par la suite. C’est l’idée des plans quinquennaux que réalisent les Coréens et les Chinois dans leur pays : ils y prévoient les développements à venir ainsi que toutes les implications logiques. Si nous voulons être N°1 dans le ferroviaire : voilà l’investissement, voici l’implication environnementale, sur les filières à développer, sur les PME à implanter…etc.

Economie, vision, planification… la base du bon sens.