Temps de lecture. : 8 mn 30

Chopin en bref 
Frédéric (né en Pologne en 1810 – mort à Paris en 1849) est né à Varsovie d’un père français, Lorrain d’origine, et d’une mère polonaise. Il compose en Pologne ses 1ères œuvres, notamment : ses 2 Concertos pour piano (1830). En 1830, à 20 ans, il part à Vienne pour un voyage d’études. La Pologne se soulève, l’insurrection est écrasée par les troupes russes. Arrivé à Paris en 1831, il rencontre beaucoup de sympathie pour la révolution polonaise. Il s’y fixe et connaît un rapide succès. Il a essentiellement composé pour le piano : 55 Mazurkas, 27 Études, 24 Préludes (1838),19 Nocturnes, 13 Polonaises et 3 Sonates.

Une âme romantique

Quand Alfred Cortot, un de ses interprètes, croque le portrait de Chopin, il accorde une grande importance au rôle éducatif de sa mère : « l’influence exercée par l’atmosphère spécifiquement féminine du foyer familial, où jusque vers la treizième année, il vivra, selon la formule consacrée, dans les jupes de sa mère et de ses [trois] sœurs »

Frédéric Chopin est un émotionnel. Né en Pologne, son âme slave se manifeste dans toute sa musique.  Son univers musical se caractérise par un côté intimiste et nostalgique (cf. les Nocturnes), un amour pour sa patrie, la Pologne, à laquelle il restera profondément attaché toute sa vie (cf. ses Mazurkas) et par un puissant sens épique (cf. les Polonaises). « Chopin fréquente la jeunesse frondeuse opposée à l’occupation russe et il compose ses premières mélodies, essentiellement sur les poèmes de Witwicki. » De nombreux sentiments affectifs, caractéristiques de la vie d’adulte de Chopin, affleurent dans toute son œuvre et ce dès ses débuts. Ce qui fit dire à l’une de ses admiratrices, la princesse M. Czartoryska : « Entendre le même morceau joué deux fois par Chopin, c’était, pour ainsi dire, entendre deux morceaux différents. » La fugacité des émotions !

Relationnel mais seul

Chopin a eu de nombreux amis, mais cela ne l’empêcha pas de se sentir souvent seul et nostalgique. Ainsi dans sa correspondance, notamment avec Tytus Woyciechowski, son ami par excellence, il écrit : « J’ai la nostalgie de tes champs, ce bouleau sous ta fenêtre ne peut me sortir de la mémoire ». L’un de ses amis, Ferdinand Hiller, atteste que Chopin aimait la compagnie de ses amis : « Il n’aimait pas être sans compagnie – chose qui ne se produisait que très rarement. Le matin il lui arrivait de passer seul une heure à son piano ; mais même lorsqu’il “travaillait”, lorsqu’il restait le soir chez lui à jouer du piano, il lui fallait pour le moins un ami près de lui. »

En amour, Chopin connut plusieurs déceptions, mais suite à celle avec Maria Wodzińska, il noue avec George Sand qui sortait elle aussi d’une rupture. Leur relation se cristallise sur la souffrance amoureuse, et cela leur va bien ! D’ailleurs l’écrivain, dans l’une de ses lettres, au retour de leur séjour à Majorque à l’abbaye de Valldemossa, note que : « Un mois de plus et nous mourions en Espagne, Chopin et moi ; lui de mélancolie et de dégoût, moi de colère et d’indignation » (N.B. : Sand était probablement une instinctive). G. Sand a aussi souffert de la jalousie de Chopin : « Ce n’étaient pas des jalousies d’amant. Sa jalousie s’étendait sur toutes les influences, les désirs, les curiosités, les amitiés de sa maîtresse. C’était le sauvage besoin d’une possession absolue. »

Le caractère dépressif, nostalgique et jaloux de Chopin est bien croqué par quelqu’un qui l’a fréquenté de très près. Pas de doute possible, il est émotionnel.

Un pianiste hors pair, un être différent

Józef Elsner, l’un de ses professeurs au Conservatoire, conscient de son génie, comprend vite qu’il faut le laisser se développer en dehors des sentiers battus, sans lui imposer le programme normal. « Laissez-le faire, disait-il, s’il s’écarte un peu du chemin battu et de l’ancienne méthode, c’est parce qu’il a la sienne à lui, et ses œuvres témoigneront un jour d’une originalité qui ne s’est encore rencontrée chez personne. Il suit une voie extraordinaire, parce que ses dons sont extraordinaires. »

Chopin est différent ! Il se concentre presque exclusivement sur la composition pour piano seul. Son génie a définitivement marqué la manière de jouer de cet instrument. Son travail a étendu et perfectionné les possibilités techniques du clavier. « Sa force d’interprétation a su mêler élans extatiques, élasticité rythmique et fermeté des lignes mélodiques. » Il a joué un rôle prépondérant dans le développement du genre romantique au piano et demeure dans les esprits comme l’un des plus grands maîtres de la musique du XIXe.

Chopin a été créatif et créateur d’un nouveau style, d’une nouvelle manière de jouer du piano. Son inspiration ne venait que de son propre monde intérieur. Jean-Yves Clément, biographe de Chopin, pose cette question en ces termes : « Dans ces conditions, quelle source extérieure objective aurait bien pu inspirer Chopin, hors son propre monde intérieur, si plein et si suffisant ? » La réponse que donne G. Sand est : aucune ! Toute sa créativité venait de ses émotions intérieures. En complément, Liszt disait : « Il ne se servait plus de l’art que pour se donner à lui-même sa propre tragédie. »

Chopin appartient donc au centre émotionnel avec une direction d’utilisation interne, ce qui définit un profil QUATRE.

Du perfectionnisme aristocratique

George Sand précisait que Chopin « s’enfermait dans sa chambre des journées entières, pleurant, marchant, brisant ses plumes, répétant ou changeant cent fois une mesure, l’écrivant et l’effaçant autant de fois et recommençant le lendemain avec une persévérance minutieuse et désespérée. Il passait six semaines sur une page pour en revenir à l’écrire telle qu’il l’avait tracée du premier jet. »

Son œuvre est également teintée de précision et de rigueur. Elle est issue d’une élaboration savante de l’harmonie et du contrepoint. Cela lui confère un caractère aristocratique et élitiste fort adapté à la culture française. D’ailleurs, Chopin a produit essentiellement pour la France, où il passa une grande partie de sa vie. Pour l’un de ses fervents admirateurs, Franz Liszt, Chopin peut être « rangé au nombre des premiers musiciens qui aient aussi individualisé en eux le sens poétique d’une nation. »

Et Chopin disait : « Je fais partie de la plus haute société, j’ai ma place marquée au milieu d’ambassadeurs, de princes, de ministres, […] Et cependant c’est là aujourd’hui une condition presque indispensable de mon existence ; car c’est d’en haut que nous vient le bon goût »

Cela fait penser à la fois au côté « élitiste » d’un profil QUATRE qui cherche ainsi à se différencier, à être admiré, et de son intégration en UN, quand il vise un idéal de perfection.

Des impros bien senties

Cependant, sa nature profonde ne le porte pas au perfectionnisme mais plutôt au spontané du ressenti, au présent de l’émotion. Sand explique qu’« en revenant avec Grzymala, nous avons parlé de Chopin. Il me contait que ses improvisations étaient beaucoup plus hardies que ses compositions achevées. Il était en cela, sans doute, comme de l’esquisse du tableau comparé au tableau fini. »

D’ailleurs, des témoins de soirées parisiennes, rue Pigalle, font état d’un salon aux lumières baissées où Chopin, entouré de ses compatriotes, leur jouait du piano. « Assis devant l’instrument, il préludait par de légers arpèges en glissant comme à l’accoutumée sur les touches du piano jusqu’à ce qu’il trouve, par le rubato, la tonalité reflétant le mieux l’ambiance générale de cette soirée. » Cette “note bleue”, terme de George Sand qui y voyait « l’azur de la nuit transparente » était alors la base de ses improvisations, variations ou encore le choix d’une de ses œuvres dans la tonalité correspondante.

Trois deuils vont marquer la fin de vie de Chopin ce qui ne va pas arranger son caractère mélancolique :  à partir de 1842, il perd Jan Matuszynski, son ami d’enfance, puis son premier professeur de musique, et au mois de mai 1844, son père s’éteint à Varsovie. Après la rupture douloureuse avec George Sand en 1847, son état de santé se dégrade rapidement. Il fait une dernière tournée en Angleterre et en Écosse. Épuisé, il rentre à Paris gravement malade et dans une situation financière exécrable, sa maladie entraînant de nombreux frais. Il continue à donner des leçons, le plus souvent allongé sur le sofa près du piano. Chopin meurt quelques semaines plus tard, le 17 octobre 1849, à l’âge de 39 ans. 

Peu orienté sur le concret (rejet du centre instinctif)

D’abord, comme on l’a vu, l’œuvre de Chopin, aussi qualitative qu’elle soit, est peu abondante. Il n’était pas un gros producteur. Trop rêveur pour cela, trop sensible. Agacé, Schumann rapporte que souvent, à la fin de ses magnifiques impros, Chopin avait comme manie de faire glisser rapidement sa main sur le piano de gauche à droite : « comme pour effacer le rêve qu’il venait de créer. » Pourtalès écrit au sujet de sa compagne G. Sand : « Elle sent bien qu’il est le type extrême de l’artiste ; qu’il n’y aura jamais moyen de lui faire rien accepter de la réalité. »

Sa difficulté à passer à l’action se trouve dans plusieurs épisodes de sa vie. Notamment en amour : évoquant une cantatrice du conservatoire — Constance Gladowska — il confesse : « J’ai, peut-être pour mon malheur, trouvé mon idéal, je le vénère de toute mon âme. Il y a déjà six mois que j’en rêve chaque nuit et je ne lui ai pas encore adressé la parole ».

Ce descriptif de Pourtalès va dans le même sens et souligne la présence du mental pas loin derrière l’émotionnel : « Chopin se révèle tout entier, inquiet, solitaire, affreusement tendre. Toutes les peines sont en lui à l’état de bourgeons, et quelques joies simples. Mais l’homme ne progresse qu’avec une extrême lenteur. » La lenteur à l’action est caractéristique d’un centre instinctif éteint. Chopin semble donc réprimer le centre l’Instinctif. Cela fait donc opter pour la variante Quatre .

Sa hiérarchie des centres : Émotionnel / Mental / Instinctif.

Il se désintégrait en DEUX quand il n’allait pas bien et polluait émotionnellement son entourage avec ses états d’âme négatifs, ses crises de jalousie. Georges Sand avait du mal supporter ses sautes d’humeur. Les amants finiront par se séparer après 9 ans de vie commune.

Il s’intégrait en UN quand il allait bien. Le titre d’un des chapitres du livre de Pourtalès est à ce sujet révélateur : « années heureuses, années travailleuses. » C’est durant cette période qu’il a le plus produit, entre 1833-1834. C’est aussi à ce moment qu’il croise la princesse Delphine Potoçka, qui lui fit tourner la tête. Lui voulait en rester à un amour platonique (instinctif réprimé) et c’est elle qui précipita leur union charnelle.

Son intégration en UN se manifeste aussi par sa rigueur et sa recherche incessante de la perfection esthétique.

Mémo sur le Profil 4 Alpha

Les Caractéristiques majeures du profil QUATRE ALPHA
  1. Sa Genèse (ses premières expériences d’être au monde) : un fort sentiment d’abandon.
  2. Sa Devise (ce qui fait qu’il se sent vivant, son idéal du moi) : « Je suis différent donc je suis ».
  3. Son Orientation (ce qu’il recherche dans la vie) : voir le beau et rechercher l’esthétisme.
  4. Sa Compulsion (ce qu’il évite de façon récurrente dans sa vie) : fuir tout ce qui est laid et la banalité.
  5. Son Mécanisme de défense (qui lui permet de maintenir intacte sa devise) : introjecter des sentiments négatifs, qui le font se sentir pas comme les autres, hyper sensible etc.
  6. Sa Triade infernale (qui se manifeste quand il ne va pas bien) :
    • Sa passion (émotion négative qu’il ressent) est l’envie, le fait de vouloir des choses que les autres ont et qu’il estime ne pas avoir.
    • Son mental se fixe alors sur les insatisfactions, qui occupent ses pensées.
    • Cela se traduit par un comportement agaçant (son défaut majeur) : des demandes de valorisations et de dévalorisations alternativement ou en même temps.
  1. Son Trio vertueux (qui se laisse voir lorsqu’il va bien) :
    • Sa vertu, ou émotion positive quand il va bien est le Contentement.
    • Il peut alors se fixer sur l’espérance, être positivement original.
    • Et son intuition lui permet de saisir immédiatement (= sans média !) les états d’âme réels des gens.
  1. Sa Hiérarchie des centres : l’Émotionnel est son centre préféré, le Mental son centre de support et l’Instinctif est réprimé (EMI). Ce qui fait que ce Quatre a du mal à concrétiser ses rêves d’esthétisme et ses créations. Il se caractérise comme un Poète, un Rêveur, parfois peu préoccupé des contingences du réel. Ses élans créatifs peuvent rester au stade de ressentis et de velléités dans sa tête longuement sans déboucher sur du concret.

Sources

  • Les deux âmes de Frédéric Chopin, Jean-Yves Clément.
  • Chopin ou la fureur de soi, Dominique Jameux, Ed. Buchet Chastel, Libella Paris 2014
  • Chopin ou le poète, Guy de Pourtalès édité par les Bourlapapey, 1927, bibliothèque numérique romande ebooks-bnr.com
  • Alfred Cortot, interprète de Frédéric Chopin – Musique, musicologie et arts de la scène, par Inès Taillandier-Guittard, École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, 2013. Thèse dirigée par M. Alban Ramaut, Professeur des Universités